Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : useful.advice
  • useful.advice
  • : Des articles, des conseils, de la littérature et du matériel pour les cours de français langue étrangère (FLE)
  • Contact
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 08:17

 

“Le Parfum, histoire d'un meurtrier” est un roman à succès de l'écrivain allemand Patrick Suskind. Paru dans sa version française en 1986, ce livre atypique vaudra à son auteur une reconnaissance mondiale. “Le Parfum, histoire d'un meurtrier” sera porté à l'écran en 2006 par Tom Tykwer avec dans les rôles principaux Ben Whishaw, Alan Rickman, Rachel Hurd-Wood et un succulent Dustin Hoffman.

Synopsis

Jean-Baptiste Grenouille naît à Paris en 1738 au milieu d'un tas d'immondices où sa mère essaye de le tuer, mais Grenouille s'accroche à la vie. En grandissant, il constate que tous ceux qui l’approchent sont troublés par quelque chose d'indescriptible qui émane de lui.

Il finira par découvrir qu’il ne dégage aucune odeur ! Pourtant, cette absence d'odeur est compensée par un don de la nature : Grenouille est doté d'un odorat prodigieux. Isolé, le garçon va grandir sans passion, indifférent à tout et à tous, jusqu'au jour où il sera attiré par une odeur sublime, celle d'une jeune fille rousse. Ce parfum extraordinaire sera la première émotion que ressentira Grenouille.

Envoûté, il suivra la jeune fille et la tuera pour prendre possession de son odeur ! À ce moment, Grenouille décide d’apprendre à capturer les odeurs pour fabriquer le parfum parfait, celui qui répondra à sa propre absence d'exhalation. Le reste du livre nous raconte cette quête sanglante et pleine de rebondissements qui le conduira vers son but ultime.

Le film

Si le film parvient à retranscrire avec justesse l'ambiance glauque et sinistre du Paris de l’époque, il pèche, par manque de moyens techniques, à transmettre ce qui fait sans doute la force du roman, ce qui décrit le mieux le côté primitif et bestial de l'homme : le monde des odeurs !

Ainsi, si les images de synthèse illustrent à la perfection les ponts de Paris et ses bâtiments branlants, même si d'aucuns sont déçus par leur côté trop “digital”, celles-ci restent froides par manque d'odeurs ; odeurs qu'un lecteur aura le temps d'imaginer, ce que ne pourra hélas faire un spectateur pressé par le rythme d'un film.

Pour pallier à cela, le metteur en scène Tom Tykwer a prévu des pauses narratives, hélas celles-ci ne feront qu'alourdir le récit sans fournir les explications nécessaires à ceux qui n'auront pas lu le roman.

Le grand écran ne permettant pas non plus aux spectateurs de pénétrer l'esprit du meurtrier, Grenouille du cinéma apparaît plus humain, moins froid que le héros sinistre et implacable du roman de Sunskind.

En conclusion, un film bien fait, mais qui a perdu le charme du livre que d'aucuns pourront voir pour se remémorer le fantastique roman.

Affiche_Parfum2.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Luc Delvaux - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

diana 24/02/2013 00:41

il faut aussi lire
le roman du parfum

luc.delvaux 19/08/2013 21:55



Oui, il faut avoir lu le roman pour apprécier le film.